Ça va encore être pour notre pomme!

Avec le décès de la petite Vanille, les regards vont à nouveau se tourner sur l’ASE et ses professionnels « défaillants » qui n’ont su éviter ce drame.
Paroles de journalistes, paroles de Monsieur Toutlemonde interviewé dans la rue, paroles d’experts, paroles, paroles et paroles…

Ça devient une habitude, des reportages télé zooment sur les maltraitances, les dysfonctionnements de l’ASE et de certains professionnels, et écornent notre image de professionnalisme (des savoir-faire, des savoir-être et une éthique de l’accompagnement).
Nous exerçons notre métier dans un système institutionnalisé, dans un cadre législatif ainsi que dans un cadre économique qui s’impose à nous comme il s’est imposé aux professionnels qui accompagnaient Vanille et sa mère.
Les médias seront à la recherche d’erreurs, « à qui la faute ». Une évaluation sera nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé, comment en est-on arrivé là ; en tant que professionnel c’est cela qui m’intéresse.
Pour l’heure, mes pensées vont vers les professionnels : l’assistante familiale et les autres membres de sa famille, la référente… plongés dans l’abime de « l’insensé ».
Et tant pis si c’est encore pour notre pomme, ça attendra !