Harry à l’heure du numérique

Bonjour à tous

Je suis venu vous dire que les journées de l’Anpase ne doivent pas avoir lieu car moi, Harry Cau j’ai porté plainte contre l’Anpase et engagé un recours collectif.
La Ligue Protectrice des Animaux et la Fondation Brigitte Bardot vont également se porter partie civile.
Non seulement l’Anpase, fait la promotion de l’ère du numérique, mais l’Anpase, fait l’apologie de l’ère des animaux génétiquement modifiés.
Voici l’avènement des souris à deux boutons, à molettes avec un fil à la patte ou connectée. Souvent mise au tapis des heures durant, quelquefois caressée, effleurée mais le plus souvent compressée par quelques mains malhabiles. La main chez l’humain est en effet le reflet de ses humeurs et malheureusement, aucune loi ne protège les souris des violences éducatives ordinaires. A ce qui parait, à l’EHPAD, René, atteint de Parkinson, taquine le mulot au point que celui-ci en attrape le mal de mer.
Et les soirs de pleine lune, si vous tendez l’oreille, vous pouvez les entendre hurler de désespoir avec les loups : geek ! geeeeeeeek ! geeeeeeeek !
Mais leur souffrance ne s’arrête pas là. Non seulement, les souris subissent des violences mais en plus on les affame. Plus de journaux à grignoter, plus de rame de papier. En entrant dans l’ère du numérique, la lecture est devenue un geste différent, parait-il. Le lecteur peut aujourd’hui faire du snacking avec les contenus, « picorer » les informations qu’il a envie de recevoir. Mais pour les souris, les supports numériques, c’est un snacking indigeste.
Au train où ça va, il n’y aura bientôt plus de souris ni de rat de bibliothèque ; tout comme les grenouilles de bénitier, ce seront des espèces en voie disparition.
A ceux qui écoutent les sirènes de l’Anpase, je dis, prenez garde, la technologie avance plus vite que le cerveau des humains. À l’ère du numérique, tous, vous serez dépassés ! La technologie améliore indéniablement votre vie quotidienne mais, bien souvent, les personnes travaillant à développer la technologie sont aveuglés par les immenses possibilités techniques, au point qu’ils en oublient les utilisateurs et leurs souris.
Le collectif que je représente dénonce toute forme de Maltraitance Animale et Humaine.
Qui vole un œuf vole un bœuf, qui maltraite sa souris maltraite sa chérie !

Mais à quoi bon, enfoncer le cloud !
A Marcel, on a proposé un coffre-fort numérique ! Les économies qu’il fait sur son RSA, une fois converties en bitcoins, ça aurait de la gueule devant les copains du bistrot du coin.
A Georgette, on lui a parlé de SocialLab, elle a cru qu’il s’agissait d’une sorte de Loft Story pour cas sociaux.
Quant à Michel, il n’est plus en surcharge pondérale, il fait de l’infobésité ; qui comme chacun le sait est le fait de faire face à un flux d’informations de plus en plus important en ayant paradoxalement de moins en moins de temps pour les assimiler et les traiter.
Quant à moi, Harry, je suis atteint d’illectronisme. J’ai l’IP constipé, le MOOC qui débloque, l’dvd fatigué, la souris rabougrie…
En voulant accéder à l’ère du numérique, me voilà génétiquement modifié !
Faites gaffe, en venant aux journées de l’Anpase, ça risque de vous arriver !
A bon entendeur ! Salut !